• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
08/09/2018

[FR] Comment réussir ses POCs ?

Depuis plusieurs années, les entreprises ont compris qu’il fallait expérimenter pour mesurer la maturité d’une technologie de rupture sur des cas concrets pertinents pour le « business model » de l’entreprise. Pourtant, très peu de ces POCs se généralisent. 

 

Chez Sia Partners, nous avons analysés ces POCs et en avons dégagé 4 raisons principales de non généralisation:
 
  • Le cas d’usage n’est pas rentable.  Il faut en imaginer un autre et « pivoter ». Pour rappel, BlaBlaCar à pivoté plus de 5 fois selon son fondateur avant de trouver le bon modèle économique.
  • Le sujet entre en conflit avec le modèle existant et risque de cannibaliser les ventes, ce qui entraine un rejet de l’organisation en place. Il faut lancer cette expérimentation sur un terrain vierge (nouveau pays, nouveau segment client).
  • Le sujet fait apparaitre une absence d’efficacité du processus actuel et place le management dans une position difficile à justifier. C’est là où un cabinet qui va trouver des benchmarks pertinents peut faire la différence entre l‘enterrement d’une bonne idée et un avantage concurrentiel à terme.
  • La technologie n’est pas mûre et ne tiens pas nos exigences de performance, sécurité, disponibilité, auditabilité. Bref c’est un MVP et il faudra 12 mois et X Millions pour en faire une solution industrielle. Bien sûr, c’est un POC. Avant de passer au stade industriel, il reste énormément de travail et c’est pour cela qu’une revue d’architecture dès le stade du POC est aussi importante.

 

Les POCs sont une très bonne méthode pour créer rapidement une expérience utilisateur, qui génère des retours concrets.  Il faut cependant bien les encadrer avec un architecte qui anticipe l’industrialisation, un contrôleur de gestion qui affine le business case et un communicant qui fasse la synthèse de tout cela afin de canaliser l’enthousiasme et de fédérer les énergies sur la durée. Une start up pilotée par un chef de projet de la DSI n’a que très peu de chances de mener à une généralisation. Ce constat frustre les start-ups et les internes qui ont bougé ciel et terre pour mener le POC au succès. Si le sponsoring et la gouvernance ne sont pas alignés sur les enjeux de la transformation potentielle le POC restera une expérimentation sans effet.

 

Rédigé par Eric Tirlemont

0 comment
Post a comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.
Back to Top